37e Parallèle

37e Parallèle

37e Parallèle

Résidence « Les présomptions » – saison 2 – Le Printemps du Machiniste

Entre studio, salle danse et espace laboratoire du 37è Parallèle, le Printemps du Machiniste revient dans la manufacture de spectacles vivants, du 4 au 9 novembre 2019.

Sortie de résidence, le 8 novembre 2019, à 14h30 !

Une résidence dédiée au travail sur la partie musicale du spectacle, une rencontre assez particulière puisque que le collectif prévoit d’enregistrer la musique et de la graver sur un support vinyle, mais aussi un travail de table de l’épisode 2 « Duty free « . Ces propositions musicales pourront être confrontées immédiatement à la scène et au public. Un travail permettant des aller-retour directs entre studio et plateau.

——–

Les Présomptions, Saison 2 fait l’objet d’une commande sur mesure auprès de l’auteur Guillaume Poix et constitue la suite d’une 1ère saison. À travers cette création, l’objectif principal du collectif est de défendre une écriture contemporaine avec ses outils de prédilection : le théâtre de marionnette et l’écriture musicale.

 

Une série théâtrale

La Saison 2 des Présomptions est construite à l’image de la précédente : divisée en trois épisodes d’environ 20 minutes au cours desquels nous retrouvons les mêmes personnages que dans la saison 1, dix ans plus tard, dans un aéroport.

L’écriture de la saison 1 s’adresse principalement à un public adolescent, la saison 2 est tout public. Elles abordent largement la notion de “présomptions” et développent notamment un discours sur les rapports homme-femme.

Le collectif interroge ainsi la manière dont notre pensée est guidée et dont nos échanges sont pris en étau par des codes de langage.

Dans ce nouveau spectacle, le Printemps du Machiniste souhaite « continuer d’interroger la notion de groupe et de traquer les micros événements traumatiques qui font de nous des étrangers, des différents, des marginaux aux yeux des autres. Les personnages des Présomptions se retrouveront cette fois, quelques années plus tard, devenus des représentants de la génération easy jet, dans ce que Marc Augé a identifié comme des ‘non-lieux’, ces espaces de notre modernité caractérisés par la contractualité solitaire, l’anonymat et l’éphémère. Ce sont des halls de gare, des aéroports, des aires d’autoroutes : seuils aseptisés et anxiogènes d’où partir explorer le monde« .

——–

Un texte de Guillaume Poix, mis en scène et scénographié par Louis Sergejev

Interprétation et manipulation : Dorine Dussautoir, Noé Mercier

Musique : Adrien Alix, Thibault Florent, Mathilde Barthélémy

Construction des marionnettes : Amélie Madeline.

——–

Site internet de la Compagnie : https://www.printempsdumachiniste.com/