37e Parallèle

37e Parallèle

37e Parallèle

L’actualité

Compagnie PTYX en résidence

Résidence du 19 au 21 novembre
Rétrospective 90.7
, c’est l’émission radio consacrée aux nouvelles musiques. Aujourd’hui, Laurent reçoit les interprètes de l’ensemble PTYX, pour leur travail autour des musiques mixtes. Il y sera question de sarcophages des anciens égyptiens, de chasse au Snark et du Temazcal, « maison de chaleur » des Amérindiens. Une globalisation revue par la lorgnette de quatre créateurs d’aujourd’hui.

Silences en création par Amapola

amapola

Le groupe Amapola vient en Résidence du 13 au 18 novembre

C’est un spectacle entre chant et cirque, entre sensualité et monstruosité, entre cri du cœur et chuchotement, entre fragilité du plateau nu et force du groupe. Se laisser porter par la vibration polyphonique et par ce que raconte le corps quand il s’engage.
Amapola s’est réunie autour de la polyphonie, celle que l’on chante à plusieurs, celle qui rassemble. Le groupe s’est formé en 2010 dans l’Indre avec pour vocation l’arrangement de chants du monde. Sextet féminin polymorphe, le groupe met en scène un premier spectacle : Polymorphonie. Beauté des voix, humour, instruments et acrobaties prennent des formes incongrues. L’alchimie opère sans qu’on s’y attende,
les mouvements des corps font écho aux histoires ancestrales où amours et territoires se déchirent depuis la nuit des temps… Une invitation au voyage.
Depuis 2013, Polymorphonie aura fait plus 100 représentations et continue de sillonner les routes de France.
Un CD 8 titres est réalisé et est sorti en novembre 2016.

Silences
s’est construit avec des outils que nous possédons tous, le corps et la voix : ils sont notre langage. Nous avons fait le choix d’un plateau nu, sans artifice. Une musique aux accents variés, teintée de chants du monde, d’accords jazz, parfois dissonants, de la musique électronique vocale, du hip-hop aussi. Nous entremêlons nos voix à une corporalité vivante et engagée. Un spectacle qui parle des femmes, des frontières, de l’état du monde, de l’amour. Nous jouons sur les sens du spectateur pour une expérience vécue de l’intérieur.Oser. Oser  naïvement dresser du poil et éveiller l’émotion.

Du chant, du cirque, du corps incisif et engagé.
Des voix timbrées, drôles, sensibles.
Des corps forts, fragiles, souples, légers, maladroits.
Des textes chantés, clamés, slamés, murmurés.
Une ôde à la vie.

Avec (corps et voix) : Sandra Bourbonnais, Anne Gourbault, Fanny Jeannin, Alys Marchi, Claire Moinet
Mise en scène : Yann Ecauvre – Regards extérieurs : Juliette Zollkau Roussille // Fantazio // Maryam Chemirani

Pour nous rencontrer : Sandra Bourbonnais // 06 30 20 11 55

Sortie de résidence le 15 novembre à 17h30

KRACH – Invitation à la présentation de Maquette

Krach

Avant la création de la pièce Le diptyque Temps modernes, l’an prochain à La Halle aux Grains à Blois, venez découvrir une maquette du Krach au 37é parallèle. En résidence du 5 au 15 novembre avec une sortir de résidence le jeudi 15 novembre à 15h.

PIÈCE À L’ÉCRITURE ABRASIVE SUR L’ALIÉNATION DU TRAVAIL DÉCORTIQUÉE À TRAVERS LA CHUTE D’UN SALARIÉ.
Krach est le premier volet du diptyque Temps mo­dernes composé également de L’Entretien de Philippe Malone. Ces deux textes traitent du monde de l’entre­prise d’aujourd’hui, dans la complexité de ses enjeux et de sa réalité au quotidien. La finalité artistique du projet est de présenter ces deux mises en scène sur un temps unique d’une représentation divisée en deux parties. Mais elles pourront également être jouées in­dépendamment l’une de l’autre.
Le diptyque Temps modernes sera créé en octobre 2019 à La Halle aux Grains – scène nationale de Blois soutenue par L’Hectare – scène conventionnée de Vendôme. D’ici là, nous vous invitons à découvrir une maquette de Krach au 37ème Parallèle à Tours.
Krach propose une situation poussée à son paroxysme qui tente de s’approcher au plus près d’un état. L’au­teur s’affranchit du drame et de ses codes pour tra­duire la complexité et la rapidité du monde moderne. C’est dans la forme même et dans les registres de lan­gages différents qui composent son texte qu’il nous invite à soulever cette complexité. li nous propose un rapport physique à la langue par la respiration, le son, la densité, le souffle, la rupture. La mise en scène se révèle en plongeant dans les profondeurs de la pièce, en s’appuyant sur ses structures, son architecture et dans l’écoute de ses résonances au plateau.
Jean-Michel Rivinoff Compagnie la lune blanche

 

Réservation 02 54 81 05 43 – cielaluneblanche@orange.fr

® Crédit photo par René Bohmer sur Unsplash

krach par René Bohmer