37e Parallèle

37e Parallèle

37e Parallèle

L’actualité

Communiqué : Confinement et enclavement : double danger pour le 37è Parallèle et ses compagnies

Dans la nuit du 7 au 8 avril 2020, Le 37e Parallèle subit effractions et vols importants dans ses cours extérieures

—-

Six jours après l’incendie dans une partie de l’ancien hôpital des Grandes Brosses appartenant à la Métropole et dont les accès, grilles et portails ont été fracturés et arrachés, le 37e Parallèle, lieu professionnel dédié à la création de spectacles vivants, abrité dans les bâtiments Métropolitains depuis 2014 et situé sur les communes de Mettray et Tours Nord a été cambriolé dans ses cours extérieures.

—-

Le 37e Parallèle qui regroupe 10 Compagnies artistiques, travaille et co-gère le lieu du même nom, sur le site des Grandes Brosses et accueille plus de 50 compagnies artistiques extérieures par an.

En période de confinement, le lieu est fermé au public depuis le 16 mars 2020. Les équipages et la coordination se relaient avec attestation de déplacement pour tenter des surveillances du lieu, d’autant plus depuis l’incendie sur la partie Est des Grandes Brosses dont les effractions en ont libéré l’accès.

Le mercredi 8 avril 2020, l’un des membres du collectif découvre la chaîne du portail qui sépare le lieu de création de l’ancien hôpital, fracturée.

Un état des lieux des disparitions lourd : caravanes de travail et de spectacles, van scénique, remorques, roues et batterie de camion, extincteurs… Les matériels précieux sont désormais à l’abri et le lieu sous surveillance renforcée : alarmes, caméras, organisation de rondes régulières nocturnes de sécurité par des professionnels.

Dans un contexte de confinement très complexe pour la survie des compagnies et des professionnels de la culture, nous déplorons un nouvel épisode de vols et dégradations.

Nous restons solidaires des personnels engagés sur le terrain en maintenant notre confinement vigilant.

Nous adressons une pensée à la Compagnie 100 issues qui aurait dû présenter le week-end prochain, son spectacle “Don’t feed the alligators” en coproduction avec le 37ème Parallèle, et réaffirmons les besoins à venir de solidarité et bienveillance envers les acteurs et actrices du spectacle vivant et du secteur culturel, créateurs d’emplois, facilitateur d’ouverture culture, de lien social, de diversité…

Le 37ème Parallèle

 

 

 

La caravane parlante disparue

La caravane parlante disparue

Resized_20200408_114343_611

20 mars – #EtapePubliquedeTravail « Femmes Mouettes » – Cie Fata Morgana

En résidence pendant une semaine au 37è Parallèle, La Compagnie Fata Morgana vous présentera son étape de travail, le vendredi 20 mars à 15h en Salle Théâtre.

——–

FEMMES MOUETTES

Ou le parcours de deux femmes qui se questionnent sur leur féminité en générale et qui tour à tour se demandent où il et elles se trouvent, affirment ce qu’il et elles ne sont pas, témoignent de leur vécu, doutent de ce qu’on leur propose. Un constat sans se prendre la tête. Un voyage dans des imaginaires poétiques où peu à peu le corps se redéfinit et se libère des carcans.Une création qui fait se rencontrer la danse, la manipulation d’objet, la vidéo, le cirque et la parole.

——–

La compagnie Fata Morgana ( le mirage en allemand ) est inspiré par le croisement des arts pour avoir une palette variée pour ses créations. Elle élabore son vocabulaire scénique à travers des images poétiques; où se rencontrent et se confrontent le cirque, la danse, des matières diverses, des sons, des corps en (dés-)équilibre et de la vidéo. Deux créations utilisent la vidéo comme un élément de la scénographie.

Cela ouvre d’autre plans émotionnels et d’autres lectures aux spectacles :Mue de Murmurres , Femmes mouettes création 2021 Des projets in situ dans le paysage, inspirés et adaptés à chaque lieu, font de plus en plus partie de leurs recherches. Par Exemple la participation aux balades artistiques comme « Les Bougeurs de nuit » http://lesbougeursdenuit.fr/ où la « Nuit des étoiles » à la Grange de la Pile avec la Cie Adzel où la Vélorution au Festival Bordures.

La compagnie se tourne vers des propositions en lien avec l’eau. La création « Maïna » avec la musicienne aquatique, redonnaise Odile Barlier et la funambule, langonaise Tabea Tysowski a été jouée pendant les 26 Traversées de la Vilaine soutenues par Rennes Métropole dans le parc du château de Blossac en 2019.

Cette proposition artistique s’adapte aux divers paysages. Selon la caractéristique du lieu, les deux artistes composent leur duo dans l’espace visuel et sonore. Le rencontre entre Odile Barlier et Tabea Tysowski a crée aussi le spectacles « Perpetuum mobile » en 2018. La Compagnie Fata Morgana a investi dans l’achat d’un chaland en 2016 pour la réalisation d’un projet d’un bateau culturel à partir de 2020.

https://www.compagniefatamorgana.com/

5 mars 2020 – 2 étapes publiques de travail avec La Valise Ondulatoire et La Cie Étreinte 4

Après une semaine de résidence au 37è Parallèle, La Valise Ondulatoire et la Cie Étreinte 4 vous présentent leurs étapes de travail :

La Valise Ondulatoire – Ailleursland – 

Salle Danse – 16h – Présentation des 15ères minutes du spectacle

valise-ondulatoireAilleursLand est un spectacle clownesque et une expérience insolite, quelque part entre une conférence et une retraite spirituelle.

Ce spectacle propose aux spectateurs de trouver le bonheur en ayant une perspective différente sur les problèmes du monde (pollution, réchauffement climatique, bien-être, black friday), en s’appuyant sur des solutions radicales… et hilarantes.


Quelque part entre Linda de Souza et Albert Einstein, la Valise Ondulatoire aime les mélanges détonnants.

Implantée dans le Loir-et-cher, la compagnie mêle le grinçant et le poétique, le tout près et le lointain.

Leur univers, peuplé de personnages clownesques et de rythmes burlesques tend à interroger le monde sur des sujets « piquants ».

——–

NosotrAs, mujeres y hembras de la Cie Étreinte 4

Salle théâtre – 17h – Durée 45/50 min

NosotrAs révèle un regard personnel et sensible sur les femmes. Quatre danseuses explorent leur quotidien.

Si l’inspiration naît du flamenco, leur volonté de s’ouvrir à l’ensemble des disciplines scéniques les ayant façonnées individuellement leur permet de proposer un spectacle riche, intime et puissant.

Elles mêlent ainsi flamenco, danse contemporaine, musique électronique et poésie. Aniela, chanteuse et palmera, les accompagne dans leur recherche.

Être femme, tantôt civilisée (mujer), tantôt instinctive (hembra), est au cœur de leur création.


Lou, Léa, Maria et Adela sont quatre danseuses de flamenco qui se rencontrent à Séville, là où elles se forment à cet art. Toutes 4 influencées par diverses disciplines artistiques, elles décident d’allier cette diversité à leur passion commune. Elles proposent ainsi une création qui retrace leur vécu de femmes et danseuses.

——

nosotras